Dimanche 6 Février : désormais, tu seras pêcheur d’hommes
Article mis en ligne le 5 février 2022

par Anne-Marie

Si le Père vous appelle

Si le père vous appelle


Si le Père vous appelle à aimer comme il vous aime
Dans le feu de son esprit, bienheureux êtes-vous
Si le monde vous appelle à lui rendre une espérance
À lui dire son salut, bienheureux êtes-vous
Si l’Église vous appelle à peiner pour le Royaume
Aux travaux de la moisson, bienheureux êtes-vous

Tressaillez de joie, tressaillez de joie
Car vos noms sont inscrits pour toujours dans les cieux
Tressaillez de joie, tressaillez de joie
Car vos noms sont inscrits dans le cœur de Dieu

Si le père vous appelle, à quitter toute richesse
Pour ne suivre que son fils, bienheureux êtes-vous
Si le monde vous appelle à lutter contre la haine
Pour la quête de la paix, bienheureux êtes-vous
Si l’Église vous appelle à tenir dans la prière
Au service des pécheurs, bienheureux êtes-vous

Si le père vous appelle à montrer qu’il est tendresse
À donner le pain vivant, bienheureux êtes-vous
Si le monde vous appelle au combat pour la justice
Au refus d’être violents, bienheureux êtes-vous
Si l’Église vous appelle à l’amour de tous les hommes
Au respect du plus petit, bienheureux êtes-vous

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là,
la foule se pressait autour de Jésus
pour écouter la parole de Dieu,
tandis qu’il se tenait au bord du lac de Génésareth.
Il vit deux barques qui se trouvaient au bord du lac ;
les pêcheurs en étaient descendus
et lavaient leurs filets.
Jésus monta dans une des barques qui appartenait à Simon,
et lui demanda de s’écarter un peu du rivage.
Puis il s’assit et, de la barque, il enseignait les foules.
Quand il eut fini de parler,
il dit à Simon :
« Avance au large,
et jetez vos filets pour la pêche. »
Simon lui répondit :
« Maître, nous avons peiné toute la nuit sans rien prendre ;
mais, sur ta parole, je vais jeter les filets. »
Et l’ayant fait,
ils capturèrent une telle quantité de poissons
que leurs filets allaient se déchirer.
Ils firent signe à leurs compagnons de l’autre barque
de venir les aider.
Ceux-ci vinrent,
et ils remplirent les deux barques,
à tel point qu’elles enfonçaient.
à cette vue, Simon-Pierre tomba aux genoux de Jésus,
en disant :
« Éloigne-toi de moi, Seigneur,
car je suis un homme pécheur. »
En effet, un grand effroi l’avait saisi,
lui et tous ceux qui étaient avec lui,
devant la quantité de poissons qu’ils avaient pêchés ;
et de même Jacques et Jean, fils de Zébédée,
les associés de Simon.
Jésus dit à Simon :
« Sois sans crainte,
désormais ce sont des hommes que tu prendras. »
Alors ils ramenèrent les barques au rivage
et, laissant tout, ils le suivirent.