Dimanche 25 Juillet : ils remplirent 12 paniers avec les restes des 5 pains d’orge..
Article mis en ligne le 24 juillet 2021
dernière modification le 25 juillet 2021

par Anne-Marie, Christine, Claudine, Luc Baumstark

Donne-nous le pain

Donne nous le pain de ce jour (de Marie Louise Valentin, Hubert Bourrel, Danièle Sciaky)

R/ Donne-nous le pain de ce jour,
Donne-nous le pain de l’amour
Toi Jésus, tu nous as dit
Recevez le pain de la Vie

Tu as béni ce pain,
Tu nous invites
A portée de mains,
Notre Dieu se donne (bis)

Tu multiplies le pain
Et rien ne manque
Pour combler nos faims,
Ton Amour se donne (bis)

Tu viens offrir ce pain
Et tu nous appelles,
A porter sans fin,
Ce que tu nous donnes (bis)

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

En ce temps-là,
Jésus passa de l’autre côté de la mer de Galilée,
le lac de Tibériade.
Une grande foule le suivait,
parce qu’elle avait vu les signes
qu’il accomplissait sur les malades.
Jésus gravit la montagne,
et là, il était assis avec ses disciples.
Or, la Pâque, la fête des Juifs, était proche.
Jésus leva les yeux
et vit qu’une foule nombreuse venait à lui.
Il dit à Philippe :
« Où pourrions-nous acheter du pain
pour qu’ils aient à manger ? »
Il disait cela pour le mettre à l’épreuve,
car il savait bien, lui, ce qu’il allait faire.
Philippe lui répondit :
« Le salaire de deux cents journées ne suffirait pas
pour que chacun reçoive un peu de pain. »
Un de ses disciples, André, le frère de Simon-Pierre, lui dit :
« Il y a là un jeune garçon qui a cinq pains d’orge
et deux poissons,
mais qu’est-ce que cela pour tant de monde ! »
Jésus dit :
« Faites asseoir les gens. »
Il y avait beaucoup d’herbe à cet endroit.
Ils s’assirent donc, au nombre d’environ cinq mille hommes.
Alors Jésus prit les pains
et, après avoir rendu grâce,
il les distribua aux convives ;
il leur donna aussi du poisson,
autant qu’ils en voulaient.
Quand ils eurent mangé à leur faim,
il dit à ses disciples :
« Rassemblez les morceaux en surplus,
pour que rien ne se perde. »
Ils les rassemblèrent, et ils remplirent douze paniers
avec les morceaux des cinq pains d’orge,
restés en surplus pour ceux qui prenaient cette nourriture.

À la vue du signe que Jésus avait accompli,
les gens disaient :
« C’est vraiment lui le Prophète annoncé,
celui qui vient dans le monde. »
Mais Jésus savait qu’ils allaient l’enlever
pour faire de lui leur roi ;
alors de nouveau il se retira dans la montagne,
lui seul.

Le Pape François a souhaité que ce dimanche soit célébré en l’ honneur des grands-parents et personnes âgées Voici quelques extraits de ses paroles et écrits :

Reconnaître le chemin et l’histoire des grands-parents et des aînés, c’est partager leurs rêves, contrer dans la rencontre la « culture du rejet » et appeler les jeunes à une nouvelle alliance. Pour les jeunes, le Pape invoque « un regard vers l’horizon et vers le haut, afin de voir les étoiles », mais aussi « cet esprit d’utopie saine qui conduit à rassembler des énergies pour un monde meilleur ».

Pour marcher vers l’avenir, nous avons besoin du passé, nous avons besoin de racines profondes qui nous aident à vivre le présent et ses défis. Nous avons besoin de mémoire, nous avons besoin de courage, nous avons besoin d’une utopie saine. C’est ce que je voudrais : un monde qui vit une nouvelle étreinte entre jeunes et anciens ».

« Une famille qui ne respecte pas et ne s’occupe pas des grands-parents, qui sont sa mémoire vivante, est une famille désintégrée ; mais une famille qui se souvient est une famille qui a de l’avenir ». (Amoris Laetitia, 193)

« Prions aujourd’hui pour les personnes âgées, en particulier pour celles qui sont isolées ou dans des maisons de retraite. Elles ont peur, peur de mourir seules. Elles ressentent cette pandémie comme quelque chose d’agressif pour elles. Elles sont nos racines, notre histoire. Elles nous ont donné la foi, la tradition, un sentiment d’appartenance à une patrie. Prions pour elles, pour que le Seigneur soit proche d’elles en ce moment ». (Pape François, messe à la Maison Sainte-Marthe, 15 avril 2020)

« N’oublions pas les personnes âgées qui meurent par manque de respirateurs, en partie à cause des systèmes de soins de santé démantelés année après année. Qu’un si grand deuil ne soit pas vain, que nous fassions un saut vers une nouvelle façon de vivre et que nous découvrions une fois pour toutes que nous avons besoin les uns des autres et que nous nous avons une dette les uns envers les autres, afin que l’humanité renaisse avec tous les visages, toutes les mains et toutes les voix, au-delà des frontières que nous avons créées ».

C’est une renaissance qui passe par la gratitude des enfants envers leurs parents, dans le passage du témoin de la vie.

« Et dans cette gratitude pour ceux qui vous ont transmis la vie, avait-il affirmé lors de la messe avec les personnes âgées, le 28 septembre 2014, il y a aussi la gratitude pour le Père qui est aux cieux ».

quelques pistes de réflexion sont proposées pour l’évangile de ce jour sur le site : idées-caté.com

Jésus sort :
"Sortir", le mot est important ! Jésus sort de la barque. La barque a été pour lui et ses amis le lieu isolé pour se reposer un peu, le lieu de retraite... Lorsqu’il sort de la barque, Jésus quitte l’Intimité, le lieu de Ressourcement, l’Enveloppe d’Amour et de Tendresse... Lorsqu’il quitte la barque, L’Eternel enflamme son cœur de charité et le remplit de compassion pour le pauvre qui passe sur son chemin.
Sortir, c’est se dépouiller du Trésor reçu, c’est l’extraire des profondeurs pour Le partager, L’offrir généreusement, amoureusement... Sortir, c’est marcher à la rencontre de l’autre pour lui donner un peu de nous ; c’est se dénuder pour vêtir l’autre, pour l’enrichir...

Jésus enseigne :
Jésus sort et marche vers la foule. Jésus sort de lui-même, marche vers l’autre et prend part à sa vie. Il voit les regards qui cherchent son regard ; il voit les yeux qui cherchent ses yeux ; il voit les cœurs qui cherchent son cœur. Il répond à une attente, se met au service d’une foule, partage le malheur d’autrui. La foule se sent comprise, respectée, aimée... Elle écoute... Elle se rassasie.

Jésus pousse ses amis à agir :
"Donnez-leur vous-mêmes à manger."
C’est vous qui êtes à partager, à offrir ; c’est le don de votre profondeur à la souffrance, à la solitude, au manque, qui deviendra pain pour ces êtres en attente ; c’est votre générosité d’accueil, d’écoute, de présence à l’autre, votre communion véritable avec le cœur des autres qui seront rassasiement pour la foule affamée... Vous devez devenir Pure Offrande...
Le don tiré des profondeurs de l’âme, véritable dépassement, est dévouement à Dieu, entrée dans Le Flux de l’Amour.
Jésus invite ses amis à plonger dans le cœur des hommes.

N’hésitez pas à partager vos réflexions en utilisant "répondre à cet article !