Dimanche 2 Mai : Celui qui demeure en moi porte beaucoup de fruits
Article mis en ligne le 2 mai 2021

par Anne-Marie, Béatrice, Christine, Claudine, Luc Baumstark

 Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

En ce temps-là,
Jésus disait à ses disciples :
« Moi, je suis la vraie vigne,
et mon Père est le vigneron.
Tout sarment qui est en moi,
mais qui ne porte pas de fruit,
mon Père l’enlève ;
tout sarment qui porte du fruit,
il le purifie en le taillant,
pour qu’il en porte davantage.
Mais vous, déjà vous voici purifiés
grâce à la parole que je vous ai dite.
Demeurez en moi, comme moi en vous.
De même que le sarment
ne peut pas porter de fruit par lui-même
s’il ne demeure pas sur la vigne,
de même vous non plus,
si vous ne demeurez pas en moi.

Moi, je suis la vigne,
et vous, les sarments.
Celui qui demeure en moi
et en qui je demeure,
celui-là porte beaucoup de fruit,
car, en dehors de moi, vous ne pouvez rien faire.
Si quelqu’un ne demeure pas en moi,
il est, comme le sarment, jeté dehors,
et il se dessèche.
Les sarments secs, on les ramasse,
on les jette au feu, et ils brûlent.
Si vous demeurez en moi,
et que mes paroles demeurent en vous,
demandez tout ce que vous voulez,
et cela se réalisera pour vous.
Ce qui fait la gloire de mon Père,
c’est que vous portiez beaucoup de fruit
et que vous soyez pour moi des disciples. »

Je suis la vraie Vigne

 Demeurez en mon amour

Demeurez en mon amour - Hélène Goussebayle

Le texte du chant

R. Demeurez en mon amour comme je demeure en vous,
Ainsi tous reconnaîtront que vous êtes mes amis.

1. Prenez et mangez, c’est mon corps livré pour vous.
Prenez et buvez, c’est mon sang versé pour vous.

2. Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi et qu’il boive.
Qui croira en moi, de son sein l’eau jaillira.

3. La gloire de mon Père, c’est que vous portiez du fruit.
Ayez foi en moi, demandez, vous recevrez.

4. Dieu m’a envoyé, moi aussi je vous envoie.
Recevez l’Esprit et proclamez le Salut.

5. Soyez mes témoins, je vous ferai pécheurs d’hommes.
Je suis avec vous pour toujours, n’ayez pas peur.

Hélène Goussebayle

remarques échangées lors du partage d’évangile

Cette image de la vigne est intéressante : ses racines peuvent se faufiler entre les caillasses… de la vigne sort le bon vin, celui de la fête… Une méditation qui peut aller très loin. Déjà, le Christ nous dit sa présence (Je suis la Vigne), celle du Père (Le vigneron qui prend soin de sa vigne) et les disciples, nous... les sarments. Voilà une présence indestructible auprès de chacun d’entre nous.
"Je suis" : un nom qui dit la présence de Dieu.
Jésus nous invite à rester en lui. Faire sa demeure... en lui. Une présence active, une présence naturelle... être dans sa demeure comme on est chez soi.
Cette présence nous est donnée. Dieu est présent en chaque homme
Il y a des formules incisives qui gênent.
On ne comprend pas la taille, une élimination de ce qui gène… forme de brutalité qui exclu... Qui est donc ce Père ? C’est la liberté de chaque homme de porter ou non du fruit ?
On peut aussi comprendre qu’il faut enlever en nous tout ce qui empêche d’entendre la parole du Christ. Chacun de nous est invité à couper ou purifier son lien avec le Christ, à se laisser faire ?
La parole de Dieu est proposée à tous… elle provoque l’adhésion… ou le refus ; sous l’effet de la parole on est invité à s’ajuster !

Comment vit-on une épreuve ? Permet-elle de grandir ? Ou au contraire de se refermer sur soi ? A chaque fois, un défi à relever, pour s’ouvrir et ne pas sombrer. Comment vit-on cette période du covid...une épreuve et un défi...

En dehors de Dieu on ne peut rien faire ? Mais L’Esprit peut aussi habiter des non croyants. Jésus s’adresse ici aux disciples avec une forme d’exigence et une relation particulière. Il ne faut pas perdre le feu sacré et demeurer en Lui... c’est laisser la sève de la vie jaillir en nous. Il y a un sanctuaire qui existe en tout homme…Si la sève (qui est donnée sans compter, sans discontinuité) n’est plus là, on meurt…
Dans la vigne... c’est bien ce qui se passe… coupe, taille. Ce qui est sec on le brûle.
Le cep n’est pas jeté mais libéré de ses sarments secs ; il reprend vie : si on se laisse envahir par un activisme dépourvu de sens, on va périr . Il faut se séparer de tout ce qui est étouffant dans notre vie. Une invitation aussi à une sobriété collective... Un moment planétaire où se pose aussi la question d’un retour à l’essentiel.
Si on veut que la vie jaillisse en nous il faut faire des choix.
Cette coupe peut être douloureuse, elle prend du temps, mais elle peut aussi être radicale suite à une rencontre, un évènement. Comment discerner en soi ?
On peut faire beaucoup de choses qui spirituellement ne porte pas de fruits. On peut s’épuiser même en faisant de bonnes choses.

Ce texte nous met aussi devant nos responsabilités. Etre baptisé conduit aussi à des exigences, ce n’est pas tout de se dire Chrétien.
On est poussé à définir ce qu’on fait de notre vie...comment on porte du fruit..on est face à nos responsabilités !

Mais, le but n’est pas d’être les membres d’une élite (être dans la vigne et en rester là) : c’est de porter du fruit, c’est ainsi qu’on se révèle être des vrais disciples. Mais ces fruits viennent de la sève qui l’alimente. Porter du fruit vient en second. Le plus important c’est de demeurer dans le Christ. C’est parce qu’on est proche du Christ qu’on porte du fruit. Si on est proche du Christ , si le Christ vit en nous, ça doit se voir !
Avant de porter du fruit il faut recevoir la sève :la foi nous connecte sur la vie du Christ ; il est important d’être animé par un souffle, par le désir. Vivre de la vie même du Christ. Vivre de son propre sang. La vigne, le vin, la sève et le sang, le vin de la fête...
Ce texte pose la question : Qu’est-ce qui vous fait vivre et vous rend joyeux ?
Ce texte nous appelle à l’intériorité. On n’a pas tout le temps l’esprit dans le "DEMEURER".

Cette invitation à la communauté est exigeante mais surtout réconfortante
On peut s’appuyer sur cette présence du Christ et sur la bienveillance du Père qui ne cesse de prendre soin de sa vigne et de chacun des sarments. La présence de Dieu toujours offerte et toujours accessible même dans les moments difficiles

Quelques intentions de prières

Merci Seigneur de nous offrir Ta Présence sans condition, de vouloir demeurer en nous. Aide moi à sans cesse désirer être à l’écoute de Ta Vie en moi pour la partager.
Seigneur aide moi à discerner ce qui est bon pour moi et pour les autres dans les choix que je fais dans ma vie

Coupole Eglise Saint Clement - Rome