la belle histoire de nos solidarités : l’accompagnement vers la guérison
Article mis en ligne le 10 mars 2021
dernière modification le 5 mars 2021

par Anne-Marie

Vivre avec l’alcool peut devenir un enfer pour les malades et leurs proches.
Lucienne et Luigi Canale qui ont traversé ensemble cette épreuve nous ont confié le témoignage de Luigi, paru dans le mensuel "Eglise à Lyon"
Ils sont responsables de l’association les Pélerins de l’eau vive dans la région lyonnaise

La reconversion de Luigi :

En 1984, l’entreprise dans laquelle je travaillais a fermé et j’ai perdu mon emploi. J’ai vécu cela comme un échec et suis tombé en dépression. Je buvais de plus en plus. Ma fille , alors élève à la Favorite à Lyon 5e, se confie à l’aumônier laic Alain Noël : "Mon père est malade. Je prie pour lui et il ne se passe rien !"Il demande à ma fille s’il peut me visiter..."Croyez-vous que Dieu puisse quelque chose pour vous ?", me questionne-t-il ? "Oui...", dis-je. "Alors on va prier pour vous...". On est alors en plein renouveau charismatique...Luigi lui répond alors : "Ah non, je ne suis pas témoin de Jéhovah, moi, ! Après m’avoir rassuré et redit son appartenance à l’église catholique, j’accepte. Il me demande de prier pour des personnes à qui j’ai un pardon à donner...sans les citer. C’est cette discrétion que j’apprécie, qui me met en confiance et qui me fait lâcher prise Une grande chaleur m’envahit".
Le chemin de reconstruction a commencé ! En 1987, il part une première fois à Lourdes pour ses 20 ans de mariage. Cette année là il rencontre Archangelo, que sa parole sauve, littéralement. En 1989 , il retourne à Lourdes avec son épouse qui sait que les Pélerins de l’eau vive seront présents. Mais elle en lui dit pas. Lors d’une Eucharistie dans la Basilique du Rosaire, au moment du baiser de paix, un femme s’approche de Luigi et lui dit :" C’est bien mon gars, continue ce que tu fais" Luigi dit à sa femme "c’est qui cette folle ?". C’était Marion Cahour, la fondatrice des Pélerins de l’eau vive...Luigi accepte de participer à une conférence l’après-midi...et de fil en aiguille , avec sa femme, ils montent un groupe à Lyon, alors qu’il n’est pas encore guéri lui même ! Ce sera le cas quelques mois plus tard. A Noêl, il demande le pardon à ses enfants.