Funérailles à Ciel ouvert
Article mis en ligne le 1er avril 2020

par Claudine

Funérailles à Ciel ouvert

Nous voulons témoigner de l’accompagnement des défunts et des familles en cette période de pandémie.

Comme nous ne pouvons plus rencontrer les familles nous préparons ensemble avec plusieurs coups de téléphone et par mail pour transmettre les textes liturgiques utilisés pour les funérailles. Ce sont des temps de rencontre intense où nous percevons le travail d’échange qui se fait au sein de la famille qui peu à peu approfondit et trouve son chemin pour une célébration authentique et juste.

Les funérailles se déroulent au cimetière avec les aménagements nécessaires : le nombre des participants est limité à 20, la famille portant des masques, nous respectons les distances de sécurité, les pompes funèbres ont appliqué les directives et offrent un appui logistique pour la musique. Seul le célébrant sera acteur du rite de la lumière et de la bénédiction.

Nous nous retrouvons donc autour du défunt et même si la célébration est aménagée nous prenons le temps d’une remise à Dieu. La famille a à cœur d’associer les absents et la parole autour du défunt circule avec liberté et une certaine abondance. Il est plus facile pour le célébrant de reprendre ces propos lors du commentaire, en lien avec la Parole de Dieu choisie.

Les 4 temps de la célébration persistent :

Accueil qui dit notre conviction de la présence de Jésus selon sa Parole : Ce rassemblement insolite dans le cimetière, au cœur de la nature nous fait prendre conscience que ce ne sont pas les murs mais bien les personnes qui font l’Eglise. Jésus dans l’Evangile de Matthieu 18, 20 dit explicitement « là où 2 ou 3 se trouvent réunis en mon nom, je suis au milieu d’eux ». Nous sommes en communion avec notre communauté paroissiale qui a été avisée du décès par affichage et par les sonneries du glas. Parcours de vie du défunt et témoignages.

Célébration de la lumière, rappel de la présence du Christ au milieu de nous symbolisée usuellement par le cierge pascal, de la lumière remise au baptême et de l’entrée dans la lumière qui ne s’éteint jamais.

Célébration de la Parole : un Evangile et son commentaire. Prière universelle

A Dieu /envoi  : bénédiction, rappel de l’eau du baptême et de l’eau jaillissant du cœur de Dieu en vie éternelle.

A la fin d’une célébration, dans l’échange avec la famille, le responsable des pompes funèbres s’excusant d’une célébration « de pauvre » j’ai réagi car il me semblait que c’était une belle célébration qui avait, malgré son côté intime, une ouverture extraordinaire par un côté cosmique (les champs, la nature de printemps, les oiseaux, le ciel) et une ouverture direct sur le ciel, le Très Haut. Le mot de la fin a été celui d’un membre de la famille citant la « messe sur le monde » de Teilhard de Chardin.

Visiblement à la fin des funérailles la difficulté que la famille a eu à se séparer montre bien la douleur de ne pas pouvoir se retrouver dans une proximité corporelle et affective concrète alors que certains ont pu faire de longs trajets pour venir et sont contraints de repartir très vite.

Nous voulons aussi partager un article de la Croix n° 41669 paru le 27 mars « en confinement, le deuil plus douloureux encore » p 2-3, notamment le point de vue plein d’espérance de Christophe Fauré (auteur de Vivre le deuil au jour le jour, Albin Michel 2014)
Grand spécialiste du deuil en France, le psychiatre et psychothérapeute Christophe Fauré (2) ne nie pas ces circonstances dramatiques et les difficultés qui en découlent. Cependant, lui se montre rassurant. « Le deuil est un processus naturel de cicatrisation psychique, qui s’inscrit dans le temps long, explique le médecin. Autrement dit, il ne se résume ni aux obsèques, ni aux conditions de fin de vie, même si cela compte, bien sûr. Mais une autre dimension est essentielle : la relation que l’on a eue avec le défunt tout au long de sa vie. Cette dimension, pour le coup, n’est en rien entravée par le confinement : qu’avons-nous vécu ensemble, quel héritage laisse cette personne en moi, voilà ce qui est majeur », développe-t-il.
Le psychiatre rappelle, en outre, que le confinement n’aura qu’un temps. Et que tout ce qu’il n’est pas possible d’organiser aujourd’hui pourra l’être plus tard. « On peut se faire la promesse de se retrouver ensemble pour saluer la mémoire de la personne disparue, autour de sa sépulture, lorsque les restrictions sanitaires seront levées. On peut imaginer pour la suite quelque chose de beau, de profond, de chaleureux. C’est très important. »

Pour l’équipe funérailles de Saint Alexandre. Le 31 mars 2020
Fabienne CHANTRE et Marie-Geneviève LASSALLE

Nous rappelons que tant que cela est possible, nous sommes à votre service pour la célébration des funérailles au cimetière dans l’intimité.
Pour Vaugneray, Grezieux et Polionnay : Norbert Otero
Pour Brindas, Messimy et Thurins : Fabienne Chantre, Jeannette Courbière et Marie-Geneviève Lassalle
Contact : Mme Sanuit : 06 01 26 09 23