la crèche de Thérèse
Article mis en ligne le 19 janvier 2021

par Anne-Marie

notre crèche, signe de printemps dans l’hiver de nos vies.

On a suivi la marche de Marie et Joseph, Jésus en équilibre sur l’âne à défaut de mieux, depuis un coin un peu obscur ;
les bergers avec leurs troupeaux, mais l’oreille ouverte, les yeux attentifs dans la nuit et levés vers le ciel.
Un autre groupe s’occupe de leurs affaires personnelles, en petit cercle fermé aux nouvelles venues d’ailleurs.
Le boeuf, solitaire dans l’étable où il attendait, toutes les nuits, de n’être plus tout seul, et enfin réchauffe une petite famille de voyageurs fatigués ;
Enfin début janvier arrivent des hommes venus de loin, de pays et de milieux différents de tous les précédents qui nous ressemblent.
Nous les imaginons :
l’un roi puissant, Melchior, à l’esprit ouvert, intrigué par ce qu’il a entendu dire, au coeur généreux… apporte de l’or ;
l’autre savant, Gaspard, chercheur astronome, la tête dans les étoiles mais qui a su redescendre les pieds sur terre pour voir ce qu’il en est réellement de ses recherches, apporte de l’encens, cette odeur qui semble monter de la terre au ciel ;
le dernier Baltazar, Prince des régions sans hiver, attentif à tout ce qui se passe dans le monde si différent des siens, apporte de la myrrhe, précieuse pour soigner les corps, les embaumer avec respect et espoir d’éternité.

Et puis tous les ans il y a aussi une bergère-princesse faite il y a longtemps par une de nos enfants, qui porte nos espoirs ;
un sujet en pâte à sel, mal cuite, qui s’en était prosterné une autre année lointaine, et porte depuis toutes nos peines, nos chagrins, et nos difficultés à croire ;
enfin un petit Yoda, personnage de la guerre des étoiles, qui n’a de sens que pour nous, ici.

Tous ont entendu parce qu’ils écoutaient, vu parce qu’ils attendaient, compris parce qu’ils ont senti, se sont mis en marche et ont goûté ce qu’est la paix au fond du coeur.
Et ils repartiront comme nous, un peu changés, porteurs d’un peu de la lumière de Bethléem.

Trois jacinthes ont fleuri et l’une s’est justement penchée sur le lieu de naissance.
Au fond une photo de fleurs porteuse de souvenirs.
Autour, sur le rebord de la cheminée une plante « increvable » qui porte étoile et fils de lumière.

Thérèse