Venez, l’espérance se lève, Jésus viens parmi nous !
Article mis en ligne le 23 décembre 2020

par Anne-Marie, Béatrice, Christine, Claudine, Luc

  AUJOURD’HUI LE CIEL S’EST PENCHE SUR LA TERRE

 Aujourd’hui vous est né un sauveur

Evangile de Jésus Christ selon St Luc

En ces jours-là, parut un édit de l’empereur Auguste, ordonnant de recenser toute la terre – ce premier recensement eut lieu lorsque Quirinius était gouverneur de Syrie. Et tous allaient se faire recenser, chacun dans sa ville d’origine. Joseph, lui aussi, monta de Galilée, depuis la ville de Nazareth, vers la Judée, jusqu’à la ville de David appelée Bethléem. Il était en effet de la maison et de la lignée de David. Il venait se faire recenser avec Marie, qui lui avait été accordée en mariage et qui était enceinte. Or, pendant qu’ils étaient là, le temps où elle devait enfanter fut accompli. Et elle mit au monde son fils premier-né ; elle l’emmaillota et le coucha dans une mangeoire, car il n’y avait pas de place pour eux dans la salle commune. Dans la même région, il y avait des bergers qui vivaient dehors et passaient la nuit dans les champs pour garder leurs troupeaux. L’ange du Seigneur se présenta devant eux, et la gloire du Seigneur les enveloppa de sa lumière. Ils furent saisis d’une grande crainte. Alors l’ange leur dit : « Ne craignez pas, car voici que je vous annonce une bonne nouvelle, qui sera une grande joie pour tout le peuple : Aujourd’hui, dans la ville de David, vous est né un Sauveur qui est le Christ, le Seigneur. Et voici le signe qui vous est donné : vous trouverez un nouveau-né emmailloté et couché dans une mangeoire. » Et soudain, il y eut avec l’ange une troupe céleste innombrable, qui louait Dieu en disant : « Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux hommes, qu’Il aime. »
Lorsque les anges eurent quitté les bergers pour le ciel, ceux-ci se disaient entre eux : « Allons jusqu’à Bethléem pour voir ce qui est arrivé, l’événement que le Seigneur nous a fait connaître. » Ils se hâtèrent d’y aller, et ils découvrirent Marie et Joseph, avec le nouveau-né couché dans la mangeoire. Après avoir vu, ils racontèrent ce qui leur avait été annoncé au sujet de cet enfant. Et tous ceux qui entendirent s’étonnaient de ce que leur racontaient les bergers. Marie, cependant, retenait tous ces événements et les méditait dans son cœur. Les bergers repartirent ; ils glorifiaient et louaient Dieu pour tout ce qu’ils avaient entendu et vu, selon ce qui leur avait été annoncé.

Ecoutez le chant des anges

Les églises de France, de Belgique et de Suisse collaborent pour annoncer Noël en ligne avec « Écoutez le Chant des Anges ». 140 chanteurs de 85 églises célèbrent la naissance de Jésus,, joli signe d’unité, comme le chant de "Bénédiction"

 Quelques textes à méditer

Le Seigneur frappe à ta porte

Il veut entrer chez toi !
– Le confinement me fatigue.
Enfermé dans le temps qui passe.
Je n’ai pas d’horizon. Je n’entends pas.

Son appel s’entend dans le silence du silence.

Le Seigneur frappe à ta porte,
Il veut entrer chez toi !
– Le cri des victimes m’arrache le cœur.
L’acide de la violence ronge mon univers.
Et moi, je ne sais où aller.

Son chemin commence là où il n’y a plus d’itinéraire.

Le Seigneur frappe à ta porte,
Il veut entrer chez toi !
– La tradition me fait mettre des lampions à la fenêtre.
Il est si doux d’être avec Marie
Et de lui dire : « s’il te plaît », « Merci » !

Sa lumière découvre les sources cachées.

Le Seigneur frappe à ta porte,
Il veut entrer chez toi !
– Ma porte est fermée. Il fait froid.
J’ai beaucoup de chaleur à donner.
Mais je ne connais pas ceux qui en ont besoin.

Sa plénitude ne se livre que dans le rien partagé.

Le Seigneur frappe à ta porte,
Il veut entrer chez toi !
– Un à un, je dispose les santons dans le crèche :
La Vierge, l’âne, le bœuf, le ravi,
Et bientôt le petit Jésus !

Sa Parole, comme berceau, a besoin d’un cœur de braise

Le Seigneur frappe à ta porte,
Il veut entrer chez toi !
– Ah ! Le sourire des enfants qui ouvrent leurs cadeaux
Je pense à eux, à chacun d’entre eux
Pour ce Noël qui sera si différent

Sa présence ne se dévoile pas sans la vérité de l’amour.

Le Seigneur frappe à ta porte,
Il veut entrer chez toi !
– Dans ce monde lacéré, déchiré parfois,
Tu veux établir un peuple fraternel
Et tu nous donnes un nouvel archevêque.

Sa paix ne s’enracine que dans la profondeur de nos âmes.

Le Seigneur frappe à ta porte,
Il veut entrer chez toi !
Ouvre et entends-le te dire :
Je t’aime.

Texte de Mgr Michel Dubost

**Noël bientôt (Guy Gilbert)

Texte envoyé par Françoise de Brindas

Si tu ne penses d’abord qu’à lorgner les vitrines
pour savoir ce que tu vas acheter pour tes gosses,
alors Noël c’est râpé.
Si tu succombes au désir de tes mômes
qui veulent une voiture de police,
une mitraillette en plastique
et la panoplie complète du para,
Noël c’est râpé.
Si tu as déjà acheté le petit Jésus en sucre
et ses parents en chocolat sans oublier
un seul de ces bestiaux en caramel de la crèche,
Noël c’est râpé.
Si tu commences à dresser la liste des gens à inviter
en prenant soin d’exclure les chiants, les emmerdeurs,
ceux et celles qui vont troubler la fête tranquille,
Noël c’est râpé.
Si tu ne prends pas le temps de méditer durant cet Avent
le merveilleux mystère de la nuit de Noël,
la pauvreté de l’enfant Jésus,
le dénuement absolu des immigrés qui sont ses parents,
Noël c’est râpé.

Mais si tu lorgnes déjà le jeune couple de chômeurs
de ton immeuble qui, sans toi, fêterait cette nuit-là
dans un peu plus de détresse et de solitude,
alors Noël c’est gagné.
Si tu n’attends pas pour dire à l’ancienne qui vit seule,
un mois à l’avance qu’elle sera ton invitée
pour qu’elle savoure d’avance durant un mois
ces quelques heures où elle sera reine,
alors Noël c’est gagné.
Si tu prends la peine de réfléchir
à ce mystère d’amour et de pauvreté
qui, au cours des âges, a été défloré,
foulé au pied et travesti en fête égoïste,
fête de beuverie et de gueuleton,
alors Noël c’est gagné.
Si tu continues dans l’année qui vient
à vivre ce mystère en pensant que le partage
c’est pas seulement l’affaire d’une nuit,
alors Noël illuminera toute ton année.

Triste ou seul à Noël, que faire ?

O divin enfant Jésus
Ayez pitié des gens tout seuls, ayez pitié des âmes solitaires.

Recueillez-les tous, prenez-les toutes avec vous en ce soir de Fête, en cette nuit d’Amour, en cette aurore de paix et d’espérance ; afin que leur cœur endolori, leur âme en détresse trouvent un refuge près du plus aimant, du plus doux, du plus tendre, du seul tout-puissant et vrai Ami.

Si je les sais, si je les sens blottis, près de Vous, ô mon Roi, toutes mes souffrances seront fondues, oubliées dans l’amour. Saint Enfant de la Crèche, qui apportez la bénédiction et la joie sur la terre !

Venez dans les âmes qui vous attendent, vous appellent, faites en elles votre ciel, votre demeure aimée, votre maison de repos, votre crèche bénie.

Marthe Robin, Source


Texte choisi par Béatrice

 Chant co écrit par un chef scout du groupe st Jacques

Ecole Pierre.

0 | 25

 <br width='400' height='226' />  <br width='400' height='534' />  <br width='400' height='225' />  <br width='400' height='226' />  <br width='400' height='534' />  <br width='400' height='600' />  <br width='400' height='300' />  <br width='400' height='240' />  <br width='400' height='298' />  <br width='400' height='272' />  <br width='400' height='384' />  <br width='400' height='255' />  <br width='400' height='300' />  <br width='400' height='301' />  <br width='400' height='226' />  <br width='400' height='300' />  <br width='400' height='226' />  <br width='400' height='300' />  <br width='400' height='195' />  <br width='400' height='300' />  <br width='400' height='195' />  <br width='400' height='226' />  <br width='357' height='500' />  <br width='400' height='226' />  <br width='400' height='226' />

0 | 25