Dimanche 20 Décembre : Voici la servante du Seigneur ; que tout m’advienne selon ta parole
Article mis en ligne le 19 décembre 2020
dernière modification le 20 décembre 2020

par Anne-Marie, Béatrice, Claudine, Luc

 Voici la demeure de Dieu parmi les hommes

Texte du chant

Voici la demeure de Dieu parmi les hommes,
Marie, terre admirable, terre de la promesse,
Mère de l´Emmanuel.

1 - L´ange du Seigneur fut envoyé à Marie,
Et la Vierge fut éblouie par la lumière.
Ecoute, Marie, Vierge du Christ :
Tu concevras et tu enfanteras un fils,
Tu es le paradis nouveau et la terre promise
En toi le soleil a établi sa demeure.

2 - Le Seigneur t´a regardée dans son amour,
Reçois la parole que par l´ange il t´envoie ;
Il vient vers nous, le Dieu véritable,
Il revêt dans ton sein la chair du premier Adam,
Engendré par le Père et né dans le temps,
Dieu et homme, lumière et vie, le créateur du monde.

3 - Voici la mère de mon Sauveur qui vient à moi :
Bienheureuse es-tu, toi qui as cru,
Et béni le fruit de tes entrailles,
Ce qui est engendré en toi vient de l´Esprit-Saint
Dès que ta salutation a retenti à mes oreilles,
L´enfant a tressailli d´allégresse en mon sein.

4 - Réjouissez-vous avec moi, bien-aimés du Seigneur ;
Mon coeur est devenu le temple de Dieu,
Il s´est penché sur son humble servante,
Il a fait de mon sein la porte du ciel,
En moi il a pris chair, le Fils unique du Père,
Jésus, le plus beau des enfants des hommes.

5 - Gloire au Père qui a choisi Marie,
Pour être la mère de son fils bien-aimé,
Gloire au Fils venu vers nous dans sa grande pitié ;
Il nous a visités dans la faiblesse de la chair,
Et nous chantons l´Esprit, vivifiant et saint,
Qui a inondé Marie de sa lumière.

 Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

Alléluia. Alléluia.
Voici la servante du Seigneur ;
que tout m’advienne selon ta parole.
Alléluia. (Lc 1, 38)

« Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils » (Lc 1, 26-38

En ce temps-là,
l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu
dans une ville de Galilée, appelée Nazareth,
à une jeune fille vierge,
accordée en mariage à un homme de la maison de David,
appelé Joseph ;
et le nom de la jeune fille était Marie.
L’ange entra chez elle et dit :
« Je te salue, Comblée-de-grâce,
le Seigneur est avec toi. »
À cette parole, elle fut toute bouleversée,
et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation.
L’ange lui dit alors :
« Sois sans crainte, Marie,
car tu as trouvé grâce auprès de Dieu.
Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ;
tu lui donneras le nom de Jésus.
Il sera grand,
il sera appelé Fils du Très-Haut ;
le Seigneur Dieu
lui donnera le trône de David son père ;
il régnera pour toujours sur la maison de Jacob,
et son règne n’aura pas de fin. »
Marie dit à l’ange :
« Comment cela va-t-il se faire,
puisque je ne connais pas d’homme ? »
L’ange lui répondit :
« L’Esprit Saint viendra sur toi,
et la puissance du Très-Haut
te prendra sous son ombre ;
c’est pourquoi celui qui va naître sera saint,
il sera appelé Fils de Dieu.
Or voici que, dans sa vieillesse, Élisabeth, ta parente,
a conçu, elle aussi, un fils
et en est à son sixième mois,
alors qu’on l’appelait la femme stérile.
Car rien n’est impossible à Dieu. »
Marie dit alors :
« Voici la servante du Seigneur ;
que tout m’advienne selon ta parole. »

Alors l’ange la quitta.

Illustration de l’Annonciation tirée du livre de poèmes "je vous salue Marie" de Mr Charles André , ancien maire de Messimy.

Extrait d’un poême de Charles André

Je vous salue, Madame,

Vous êtes jeune , fraiche et jolie
Dans cette lumière douce
D’un matin naissant de Palestine

Je vous salue , Madame,

Vous êtes choisie entre toutes les femmes
Pour être celle que toutes les femmes voudraient être.

Je vous salue Madame,

Vous êtes la jeune fille pure et douce
Au visage rayonnant.
Vous allez être la femme heureuse et sereine
Qui attend son premier enfant comme on attend Noël.
Vous allez être la femme aimée
D’un charpentier aux mains rugueuses.
Vous allez être la mère attentionnée
D’un enfant turbulent qui grandit trop vite.
Vous allez être la mère douloureuse
D’un fils innocent crucifié à la place de coupables.

Je vous salue Madame....

 Salve Regina

Je suis très touchée par cette vidéo qui rend compte d’une piété si simple et si fervente commune à tous les âges ,les pays, la diversité de notre humanité rassemblée dans une même foi. Voilà comment chacun se met en présence créant un espace de prière pour rejoindre une supplique universelle. il est possible de trouver une intériorité et de rejoindre une communauté qui élargit notre coeur quant le présentiel n’est plus possible.

Texte du Salve Regina

Nous te saluons, Notre Dame
Nous te bénissons,
Mère de Miséricorde
Tu es notre vie, notre douceur,
notre espérance,
vers toi, nous crions, enfants d’Eve,
du fond de notre exil.

Nous te saluons, Notre Dame
Nous te bénissons,
Mère de Miséricorde

Vers toi, nous implorons et nous supplions,
pleurant et gémissant,
en cette vallée de larmes ;
Toi qui intercèdes pour nous,
tourne vers tes enfants
le regard de ta miséricorde.

Nous te saluons, Notre Dame
Nous te bénissons,
Mère de Miséricorde

Et montre-nous Jésus,
Le fruit béni de ton sein,
Après la fin de notre exil
Mère de toute clémence
et de toute bonté,Marie,
Vierge de toute douceur

 Le banquet de la parole : une parole à partager

Laissons nous bousculer, interroger par la Parole !
Partageons et avançons tous ensemble !
L’espace ouvert sous cet article est ouvert à chacun. Il suffit de laisser votre message en répondant ici.