prions pour Joseph Raymond
Article mis en ligne le 3 décembre 2020

par Anne-Marie

Les funérailles de Joseph Raymond ont été célébrées Mardi 1er Décembre à Thurins. Nous partageons la tristesse de sa famille et pouvons relire le livret qui a accompagné la prière de sa famille et ses amis lors de ses funérailles.

Un monde meilleur
Qui de nous trouvera un monde meilleur ?
Qui de nous entendra la voix du seigneur ?
Aide-toi, aide-moi et viendra le jour
Ou le monde sera un monde d’amour.
Qui de nous offrira de donner son cœur ?
Qui de nous chanteras un monde meilleur ?

Un matin de printemps le dernier les chemins
Conduira noirs et blancs la main dans la main.
Tu verras le premier éclater le ciel ?
Qui saura communier avec l’éternel ?
Qui de nous trouvera un monde meilleur ?
Qui de nous trouvera un monde meilleur ?


J. Raymond avec deux de ses petits enfants

Quelques mots sur la vie de Joseph par ses trois filles

Joseph est né le 29 avril 1928. Ses parents étaient installés agricul-teurs à Rontalon. Il y a vécu avec son frère Camille jusqu’à l’âge de 22 ans. Il aimait bien s’amuser et adorait le contact avec les copains. Il aimait beaucoup la musique, notamment l’accordéon qu’il a appris dès son plus jeune âge. Il a beaucoup joué dans les bals particulièrement au moment de la libération, Il a partagé cette passion toute sa vie avec ses amis, sa famille et même dernièrement avec les animatrices de la maison de retraite à la fin de sa vie. La musique fut quelque chose de très important durant sa vie.

Il s’est marié à 22 ans avec Marguerite Blanc et s’est installé à Thurins pour ne plus jamais quitter ce village. Il a appris le métier de la tonnellerie avec son beau-père. Voyant que cette activité ne ferait pas vivre sa famille, il a transformé progressivement cette petite entreprise. Il a appris la menuiserie en autodidacte avec l’aide d’amis et collègues menuisiers. C’est sa capacité de travail, son esprit curieux et entreprenant, sa persévérance, sa dextérité, alliés à ses capacités relationnelles qui lui ont permis de transformer cette entreprise en une menuiserie qui aura dix salariés à la fin de sa vie professionnelle.

Joseph bien qu’attendant un garçon pour prendre la succession de son entreprise a eu trois filles qu’il a aimées et choyées.
C’était un homme volontaire tenace soucieux de sa famille. Il aimait le travail bien fait. Il a pris peu de vacances dans sa vie. Cependant, il ne travaillait pas le dimanche après-midi et aimait réserver ce temps à sa famille. Il aimait aller à la pêche dans les étangs, pique-niquer sur l’herbe ou faire des jeux de société avec ses filles. Il partageait volontiers un moment de pétanque avec ses amis.

Avec l’arrivée de leurs six petits-enfants c’est de forts moments d’émotion et de grandes joies qui sont venus frapper à la porte de Joseph et Marguerite.
Il a toujours été au service des autres, toute sa vie il a participé à de multiples associations notamment :

-  À la clique des bleuets de Thurins dans sa toute jeunesse dans laquelle il jouait du cor
-  Membre actif des écoles privées, il participait à l’organisation de la kermesse au château. Dans les années 60, tout était fabriqué bénévolement par les artisans du village.
-  Membre fondateur de l’association François Couzon, il a permis pendant de nombreuses années à la salle Saint-Martin d’être utilisée par tous les Thurinois
-  Il a été pompier volontaire pendant une trentaine d’années jusqu’à l’âge autorisé pour cette activité. Face aux catastrophes et aux accidents, il savait prendre rapidement les décisions appropriées. Sa prestation à l’accordéon pour le bal des pompiers une fois par an nécessitait de nombreuses répétitions dont profitaient ses filles
-  Il a tenu les finances de la paroisse de Thurins pendant de longues années jusqu’à ce que cela devienne la paroisse Saint-Alexandre regroupant les comptabilités des villages.

Il a commencé sa retraite en compagnie de Marguerite, ils ont profité tous les deux de ce temps de repos pour faire de nombreux voyages avec leurs amis.
Malheureusement Marguerite est décédée à l’âge de 80 ans et pour Joseph a débuté un temps difficile malgré la présence de ses filles. Ses quatre arrières-petits-enfants ont été un baume de joie pour ces années de retraite, pour combler les 12 années de solitude après le départ de Marguerite.

Il y a cinq ans il est rentré à la maison de retraite où il a pu retrouver la gaieté, lui qui aimait tant la compagnie, avec les multiples animations. Il a fini ses jours des suites indirectes du virus de la Covid.

Joseph était un homme aimant et généreux avec sa famille, ses amis, ses collègues et les gens qu’il côtoyait. Que ces qualités restent vivantes en chacun de nous.

Même si ce départ pour le dernier voyage est dans l’ordre des choses, il nous laisse un vide à apprivoiser.

Seigneur, nous ne te demandons pas pourquoi Joseph nous a quittés mais nous te remercions de nous l’avoir donné ! Cet homme qui nous était si proche, si cher, à présent nous est ravi. Nous te remercions pour l’amour et l’amitié qui émanaient de lui.