Contemplation de la Parole

Commentaire des moniales du monastère

Article mis en ligne le 7 novembre 2020

par Christine

"Nous qui contemplons l’icône, nous voyons l’ensemble de la scène...et même ce que les vierges folles ne peuvent voir, afin de comprendre le choix qui nous est proposé.
Elles ne voient pas le Christ, caché par la porte.
Les vierges sages ont trouvé refuge sur le Rocher qui les sauve et qui symbolise aussi la montagne, lieu de la purification et de la rencontre avec Dieu. Par sa victoire sur le mal et la mort, le Christ rouvre cette porte et par sa vie, Il nous en montre le chemin.
Le séraphin veille, c’est le temps de la patience et de la miséricorde de Dieu, temps donné à tous pour nous permettre de trouver "la porte étroite"du Royaume (Lc 13,24). Regardons le Christ, Il vient à notre rencontre comme Il vient à celle des vierges folles."Voici, je me tiens à la porte et je frappe : si quelqu’un entend ma voix et qu’il ouvre la porte j’entrerai chez lui, et je souperai avec lui, et lui avec moi" (Ap 3, 20). Jésus bénit notre désir. Ayons foi en ce Dieu qui nous aime, laissons Le se présenter à la porte de notre coeur comme Il le veut, quand Il le veut."
Commentaire des moniales du monastère de l’Emmanuel où est peinte la fresque.
in " Fresques de Bethléem - Contemplation de La Parole". Ed. Salvator.