Ce que je vous commande, c’est de vous aimer les uns les autres
Article mis en ligne le 15 mai 2020
dernière modification le 14 mai 2020

par Paul Reynaud

 Voici ce que je vous commande : c’est de vous aimer les uns les autres

Je vous appelle mes amis, dit le Seigneur,
car tout ce que j’ai entendu de mon Père,
je vous l’ai fait connaître.

4.

(Toute cette semaine, où le Christ nous confie ses dernières paroles avant d’aller vers son Père, la méditation du jour sera éclairée par la réalisation pas à pas de cette mosaïque du Christ enseignant. Tympan de l’Eglise de la Servagère – ACER (Drôme)

Evangile selon Saint Jean

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

En ce temps-là,
Jésus disait à ses disciples :
« Mon commandement, le voici :
Aimez-vous les uns les autres
comme je vous ai aimés.
Il n’y a pas de plus grand amour
que de donner sa vie pour ceux qu’on aime.
Vous êtes mes amis
si vous faites ce que je vous commande.
Je ne vous appelle plus serviteurs,
car le serviteur ne sait pas ce que fait son maître ;
je vous appelle mes amis,
car tout ce que j’ai entendu de mon Père,
je vous l’ai fait connaître.
Ce n’est pas vous qui m’avez choisi,
c’est moi qui vous ai choisis et établis
afin que vous alliez,
que vous portiez du fruit,
et que votre fruit demeure.
Alors, tout ce que vous demanderez au Père en mon nom,
il vous le donnera.
Voici ce que je vous commande :
c’est de vous aimer les uns les autres. »

 Méditation avec Père Reynaud

MP3 - 942.5 ko

L’Esprit Saint nous invite à partager ce que nous inspire ce texte. C’est dans le partage de la Parole que jaillit la Vie. La vie à profusion.
(Utiliser le forum si dessous.)
Nous pouvons également déposer une prière dans la colonne de droite.

 Entrons (et restons) dans la joie Pascale avec Jean Sébastien Bach.

Il est fini le temps des pleurs, Luther dans son cantique nous invite à célébrer la fête, dans l’allégresse et les délices que Dieu nous dispense. Le Christ est tel un soleil qui illumine toute notre vie. Bach fait vibrer l’orgue qui impose le rythme et fait dialoguer deux solistes qui virevoltent se répondant et s’entraînant dans des échos interminables...

Cantate BWV4 (Bach) Verset 6