Voir les tulipes pousser...

Isabelle Brault, coordinatrice de notre doyenné apporte son témoignage sur ce moment particulier du confinement !

Article mis en ligne le 11 mai 2020
dernière modification le 7 mai 2020

par Claudine Curtil

Mariée, mère de 4 enfants âgés entre 19 et 25 ans, mon témoignage porte sur ces moments de confinement en famille.
Depuis 2 ans nous vivons à 3 dans notre maison avec notre dernière fille, étudiante à Lyon.
En très peu de temps, après l’annonce du confinement, nous nous sommes retrouvés à 5 puis à 6 au quotidien à la maison. Nous n’avions pas passé plus de 8 jours tous ensemble depuis au moins 5 années, nos ainés ayant quitté la maison depuis 5 et 3 ans, et leurs activités d’été étant concentrées sur des stages ou leurs amis.
Nous avons des emplois du temps à géométrie variable : télétravail pour les parents ; attente de cours en ligne, qui viennent ou pas pour les étudiants ; congé maladie pour notre fille ainée (mise en quarantaine pour suspicion de covid) et rapatriement attendu de notre fils ainé travaillant en Afrique et qui souhaitait rester là-bas.
Il nous a tout d’abord fallu accueillir cette nouvelle du confinement et réapprendre à vivre tous ensemble sous le même toit sans en connaitre l’échéance. Puis, admettre et accepter que le rythme soit différent pour chacun, et établir quelques règles de « bien vivre ensemble ».
Nous avons réfléchi ensemble comment respecter le besoin d’indépendance de chacun, et comment profiter de ce temps, initialement subi, mais qui nous est donné, et qui ne se renouvellera sans doute pas de cette manière !
Le choix d’un jeu, d’un film, d’une activité familiale (rangement de la cave, tri, jardinage, peinture, courses, repas, ménage …) mais aussi le respect du besoin que parfois, chacun se retrouve avec son livre, son téléphone, son écran !

Nous sommes une famille avec des caractères vifs et indépendants, et je suis surprise de voir combien ce temps de confinement se passe bien. Avec une capacité de résilience où lorsque la tension commence à monter entre 2 d’entre nous, celle-ci s’apaise d’elle-même. (en temps normal, cela n’est pas aussi évident !)
Vivre l’eucharistie face à un écran avec les enfants qui le souhaitent est également une expérience de couple et familiale où nous mesurons le besoin d’être en communauté pour vivre sa foi.
Mais aussi, grâce à l’outil informatique, garder des temps de partage réguliers avec notre fraternité du chemin neuf nous permet de rester en lien avec nos frères.
J’ajouterai aussi que notre couple a remarqué avoir besoin d’avoir des temps à deux sans nos chers enfants devenus adultes ! Nous « programmons « donc des temps de qualité a deux, un apéro, un diner ou un « tour de quartier »
De mon côté, j’ai eu à poser 2 semaines de vacances et donc du temps…pour prier (mais pas toujours facile avec une maison pleine !)
J’ai également remarqué que vivre 2 mois en vase clos avec de jeunes adultes donne quelques leçons d’humilité quand « l’apéro vidéo » ou le jeu « des colons de Catane en ligne » avec les amis déborde

ou remplace le repas familial ! Ils sont à un âge où la relation avec leurs amis prime, et je suis admirative de mes enfants qui n’ont pas rompu le confinement pour les rencontrer !
J’ai gouté en tant que maman ce cadeau donné de les avoir tous sous notre toit, la joie d’être disponible dans l’échange avec chacun quand il est disponible.
Mais je pense qu’il est important de noter que nous avons la chance d’habiter une maison avec un jardin, ce qui a rendu notre confinement agréable.
IL est temps cependant, que nous retrouvions progressivement notre vie, notre travail et notre vie « dans le monde ».
Ce confinement est une expérience toute nouvelle personnelle, de couple et familiale qui restera une étape importante dans ma vie de femme, d’épouse et de mère. Expérience où le temps s’écoule différemment, où j’ai pu « voir » les tulipes pousser et m’en extasier et peut être redonner du sens au temps et aux autres.